Conseils lors de l’achat d’un chiot

Conseils lors de l’achat d’un chiot

Nous attendons d’un chien de race qu’il corresponde non seulement extérieurement au standard de la race mais qu’il se distingue également par son comportement et sa santé. 


Pour cela, les bases définies pour un chiot de race sont d’un niveau relativement élevées.


Après la sélection d’un éleveur sérieux et consciencieux, vous aurez la garantie qu’après le sévère règlement du club de race et avec une vie de famille quotidienne, qu’il s’agisse d’un élevage optimal. 


En Suisse, les éleveurs de Shiba et d’Akita sont contrôlés exclusivement par le Club Suisse des Spitz asiatiques (CSSA). L’organisation des différents clubs de race reconnus est la Société cynologique suisse (SCS). La SCS est elle-même subordonnée par l’organisation canine mondiale qui est la Fédération Cynologique Internationale (FCI).La FCI garantit la reconnaissance mutuelle des juges et des pedigrees au sein de ses pays membres. 


Attention, les papiers fournis lors de l’achat d’un chiot ne sont pas toujours des vrais papiers ! Les chiens japonais sont aussi proposés avec des pedigrees auto-fabriqués, sans sceau de la SCS / FCI comme des contrefaçons. On reconnaît une importante différence entre les chiens prétendus « de race » comme étant une « bonne affaire » et le prix effectué par nos éleveurs. Malheureusement, beaucoup de personnes s’en rendent compte seulement après l’achat de leur chiot. 


Bien que vous n’ayez pas besoin d’un chiot avec pedigree car vous n’avez pas l’intention de faire à l’avenir de l’élevage ou des expositions mais que vous voulez acquérir uniquement un chien de famille, c’est précisément là que vous devez choisir un éleveur inscrit auprès du CSSA/SCS/FCI pour l’acquisition de son nouveau membre familial. Là, vous aurez la meilleure garantie d’obtenir un chiot de famille, en pleine santé et typique à la race. 


Un élevage contrôlé par les clubs de chiens de race est coûteux et cette qualité à son prix. Le non-respect des règlements est effectué par certains pour des raisons économiques ou parce que les prétendus représentants de la race ne peuvent pas remplir les conditions d’élevage réglementées par le CSSA par rapport au comportement et à la santé des chiens ainsi qu’au standard de la race. 


Tout futur propriétaire d’un chiot qui choisit des éleveurs non-reconnus soutient malgré lui ces éleveurs « au noir », ces élevages de « masse » et ces trafics de marchands de chiens.