Santé


Le club suisse des Spitz asiatiques et ses éleveurs oeuvrent à endiguer les maladies héréditaires à travers un contrôle ciblé du choix des reproducteurs.

Les Spitz asiatiques ayant une origine de chiens de chasse, une attention particulière est portée à l'appareil moteur lors de l'élevage.

Il appartient aussi à chaque propriétaire de favoriser la constitution et le maintien d'une bonne résistance et santé générale pour son chien par une alimentation saine, des soins appropriés et de l'exercice adapté aux besoins de mouvement et à la fonction du chien.

 

Le syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada (VKH)

Maladie auto-immune de l'Akita, heureusement relativement rare.

La maladie débute le plus souvent à l'âge de 18-24 mois, et se manifeste par une réduction de la vue (décollement de la rétine), une dépigmentation de la peau, une augmentation de la chute des poils, des yeux larmoyants, une inflammation du nez, de la bouche et des organes génitaux.

Un diagnostic précoce est vital.

 

L'hypothroïdie

Lors d'un défaut de la thyroïde, les chiens présentent un ou plusieurs des symptômes suivants: anomalies de la peau, fluctuations de poids, perte d'appétit, infertilité, troubles du comportement sexuel, état d'épuisement, variations de comportement, maladies du foie et des reins, anémie et vulnérabilité aux infections.

La maladie est incurable, mais on peut la garder sous contrôle par un suivi médical approprié (contrôle sanguin et médicaments).

Là encore, la prévention de cette maladie par une sélection de qualité au niveau de l'élevage est primordiale.

 

Dysplasie des hanches

C’est une maladie malheureusement très répandue chez de nombreux chiens, en particulier chez les moyennes et grandes races. Il s'agit d'une anomalie de développement de la hanche qui mène éventuellement à la dégénérescence de celle-ci. La hanche normale se présente comme une boule et une cavité ressemblant à une attache de caravane. Lors de la dysplasie de la hanche, l'articulation est souvent peu profonde et la tête fémorale est petite et déformée. La malformation de la hanche ou du poêle et tête supérieure de la jambe qui ne s'emboîtent plus correctement, mène à une usure irrégulière et cause douleurs et boiteries.

La dysplasie de la hanche se manifeste de façon précoce par de l’arthrose plus ou moins importante.

Bien que génétique, la dysplasie peut être amoindrie ou aggravée par des facteurs environnementaux. Il est prouvé qu'une suralimentation ou une alimentation trop riche accroît l'expression de la maladie, tout comme l'effort physique trop intense du jeune chien.

Les degrés de dysplasie sont évalués après radiographie, selon le barème suivant :

 

A = absence de dysplasie

B = forme légère

C = forme établie

D = forme moyenne

E = forme grave

 

Malheureusement, même un chien radiographié A peut être porteur du gène et le transmettre à ses descendants.

 

L'atrophie progressive de la rétine (APR)

L'atrophie progressive de la rétine est une maladie de l'oeil. Elle se présente sous différentes formes mais toutes mènent à la cécité.

Dans sa forme précoce (dès l'âge de 12 mois), le jeune chien perd la vue graduellement. Dans sa forme tardive, la plus courante chez les Spitz asiatiques, les troubles apparaissent vers 3 à 6 ans. Cette maladie héréditaire se transmet par gène récessif.

La maladie débute par une cécité plus ou moins marquée de nuit, puis de jour. La vue se dégrade ensuite rapidement jusqu'à complète cécité.

Aucun traitement n'existe. La prévention au niveau de l'élevage est donc d'une grande importance.

 

la Patella luxation

La Patella luxation est une maladie proche de la dysplasie de la hanche. Elle est héréditaire et concerne plus particulièrement les petites races, comme par exemple le Shiba.

La rotule (patella) s'insère dans le tendon du puissant muscle de la cuisse. La rotule et le tendon glissent dans une cavité appelée trochlée fémorale, ce qui permet le mouvement de l'articulation.

Si la cavité de la trochlée est insuffisamment prononcée, la rotule glisse latéralement et avec le temps surviennent une inflammation de l'articulation et des dommages au cartilage qui peuvent mener à claudication.

Pour éviter une détérioration de l'articulation, un traitement précoce est recommandé. Il s'agit le plus souvent d'une intervention chirurgicale sur le genou.

 

Si au cours d'une balade, votre chien aboie soudainement de douleur et commence à boiter fortement, particulièrement s'il replie de façon étrange une patte arrière ou la tend loin du corps, essayez d'abord de masser légèrement la patte. Il se peut que cela suffise pour que le chien remarche à nouveau normalement. Dans le cas contraire, rendez-vous immédiatement chez un vétérinaire.

 

Actuellement, un diagnostic aux rayons X n'est pas fiable, seul un examen clinique fait foi. Heureusement, dans la plupart des cas, la Patella luxation ne mène pas nécessairement à la claudication par contre, cela rend d'autant plus difficile l'identification des porteurs de la maladie qui sont à exclure de l'élevage.

 

 

 

Sébadénite (SA) – une affection cutanée spécifique de l’Akita

L'article suivant nous a été mis à disposition par Dr. med. vet. Evelyne Amrein. Il est important que les éleveurs et propriétaires d' Akitas soient informés à fond. Madame Amrein est à votre disposition pour répondre à vos questions. Vous trouverez son adresse à la fin de cet article.

Vous avez déjà pu lire dans le bulletin d’information 01/00 un rapport scientifique rédigé par le Dr. intitulé « maladies cutanées spécifiques chez l’Akita ». Ce travail met en évidence qu’en rapport avec l’ensemble de la population de cette race deux maladies cutanées sont prépondérantes: la sébadénite et le pemphigus foliacé.

 

La sébadénite (SA)

Parmis les études effectuées par la Docteuresse Iris Margaret Reichler du département de reproduction animale de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Zürich, la sébadénite est la maladie cutanée la plus fréquente chez l’Akita, bien qu’il s’agisse en fait d’une maladie cutanée rare. En moyenne, les chiens atteints manifestent des symptomes dès l’âge de 2 ans. Il s’agit d’une réaction inflammatoire qui attaque directement les glandes sébacées et qui peut conduire à leur destruction totale. En premier lieu, il se forme des squames dans la région de la tête et/ou sur le dos. Ces squames adhèrent à la tige du poil et sont faciles à repérer dans les touffes de poil qui devient facile à arracher. La robe devient progressivement terne. Dans la suite, la robe prend un aspect comme rongé par des gerces, avec perte partielle des poils (alopécie). A ce stade de la maladie, les chiens deviennent sensibles à des infections secondaires bactériennes de la peau (folliculites) qui peuvent provoquer des démangeaisons. Aux entroits atteints, la peau devient croûteuse. Dans la bibliographie on décrit chez l’Aktia aussi des cas présentant une évolution grave avec atteinte de tout le corps.

 

Le pemphigus foliacé

Il s’agit d’une maladie qui attaque l’adhérence de la peau (une maladie autoimmune). Elle se présente sous forme d’une affection pustuleuse de la peau qui devient fortement croûteuse. Elle débute en général autour du nez, des yeux et des oreilles, mais atteint aussi la région de l’abdomen.

Vu que, comme nous venons de le dire, par rapport à la population entière de la race, la sébadénite est prépondérante, nous aimerions dans la présente missive concentrer notre attention sur cette affection. En principe, les singularités qui concernent la peau sont les suivantes:

 

Quand un Akita:

présente une affection cutanée desquamative

avec des plages glabres (alopécies) comme si la robe était rongée par des gerces

et une inflammation du canal auditif externe qui s’avère résistante à tout traitement accompagnée d’une affection squameuse du pavillon de l’oreille

souffre d’une maladie de peau chronique qui malgré les traitements ne s’améliore pas

il faut entre autre penser à une sébadénite !

 

Comme il ressort du travail antérieurement cité de Mme Reichler, il n’est pas possible d’éliminer un mode d’hérédité autosomal récessif de la sébadénite chez l’Akita. Il est de ce fait important pour le club de race responsable de tirer les conséquences de ce constat et d’entrevoir des mesures appropriées concernant l’élevage.

Dans le cas d’une hérédité autosomale récessive, les deux géniteurs d’un sujet atteint doivent être porteurs d’un gène qui exprime la maladie sans qu’eux-mêmes soient atteints par l’affection. Mais les descendants de tels accouplements sont manifestement malades dans une proportion d’un quart. Nous espérons qu’en présence de descendants atteints de sébadénite, les éleveurs responsables envers la race renonceront spontanément à faire de l’élevage avec les parents des descendants malades. En tout cas, il ne faut J A M A I S répéter le même accouplement !

 

Après avoir pris contact avec le Dr. Reichler, nous recommandons de procéder de la manière suivante :

 

Chez tous les Akitas atteints d’une affection cutanée, chez lesquels un diagnostic spécifique n’a pas pu être posé, il convient de demander au vétérinaire qui soigne le sujet de procéder à un prélèvement de la peau (biopsie). Les biopsies peuvent être envoyées aux instituts d’anatomie pathologique des universités de Berne, Zürich ou Münich (vous trouverez les adresses au bas de cette lettre). Il faut demander une recherche spécifique du diagnostic sébadénite.

 

En présence d’une maladie cutanée qui, malgré les traitements, ne s’améliore pas, qui persiste, il est recommandé de procéder à un prélèvement pour examen histologique (selon ce qui précède). Ici aussi, il faut demander de procéder aux recherches spécifiques en vue du diagnostic possible d’une sébadénite.

 

Les parents d’un chiot atteint de sébadénite ne devraient plus être employés à l’élevage, il faut absolument y renoncer.

Il faut attendre que les frères et soers de chiots qui présente une sébadénite aient atteint au minimum l’âge de 3 ans avant de les employer pour l’élevage. Ils doivent être exempts de toute affection cutanée.

Les Akitas atteints d’une affection cutanée du canal auditif externe résistante au traitement doivent être soumis à un prélèvement pour examen histologique comme décrit auparavant. Il faut demander de faire les examens qui permettent d’exclure le diagnostic de sébadénite.

 

Chers éleveurs et propriétaires d’Akitas : La race Akita est si belle qu’il faut absolument la maintenir en bonne santé ! Maintenant que, grâce aux travaux scientifiques cités, nous connaissons mieux cette maladie et que nous savons qu’elle est fréquente dans la race, nous devons en tirer les conséquences. Par la présente lettre sur ce sujet scientifique nous espérons contribuer à maintenir la race Akita en bonne santé.

 

Il est prévu de créer – toujours sur base volontaire – un fichier central destiné à collationner les chiens atteints de cette maladie. Nous vous tiendrons au courant à ce sujet.

La commission d’élevage est volontiers à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous aider en cas de difficultés.

En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien donner à ces propos, nous vous adressons nos salutations les meilleures.

 

Adresses pour l’envoi des biopsies:

 

Institut für Tierpathologie

Länggassstrasse 122

Diagnostik Biopsien

3012 Bern

Institut für Veterinärpathologie

zu Hd. Biopsieabteilung

Winterthurerstrasse 260

8057 Zürich

PD Dr. Ina Pfeiffer

Institut für Biologie

Universität Kassel

Heinrich-Plett-Straße 40

34109 Kassel Deutschland


Bericht von:

Dr. med. vet. Evelyne Amrein

Nübruch 16, Ringwil

8340 Hinwil

Telefon: 044 938 14 62

 

 

weitere Informationen: www.sebadenitis.de